Skip links

Partenaires

Le Master de création littéraire du Havre

Le Master Lettres et Création littéraire du Havre a été créé en 2012 par Thierry Heynen (directeur de l’école supérieure d’art du Havre : L’ESADHaR), Élise Parré (professeure à l’ESADHaR), Élisabeth Robert-Barzmann (directrice de l’UFR LSH de l’université du Havre) et Laurence Mathey (professeure des universités à l’université du Havre). Laure Limongi (écrivaine, éditrice) a rejoint l’équipe dès 2013 et dirige l’option « Création » depuis 2014 ; Laurence Mathey dirige l’option « Lettres ». Une dizaine d’enseignant·e·s l’animent – sachant que d’autres professeur·e·s de l’ESADHaR ou de l’université du Havre collaborent ponctuellement avec le Master dans le cadre d’échanges transdisciplinaires. Des écrivain·e·s enseignent durablement (comme Laure Limongi) ou à l’échelle d’une année (François Bon en 2012, Arno Bertina en 2013, Philippe Adam en 2014, Nicole Caligaris en 2015 et 2017, Pacôme Thiellement en 2016…). La création numérique y est aussi bien présente. C’est le premier créé en France et, si d’autres Masters de Création littéraire sont apparus depuis, il reste unique en raison de cette cohabilitation entre école supérieure d’art et université et les sites à proximité. En deux années exaltantes pour se consacrer à l’écriture, développer son univers ; il ne s’agit pas de s’abreuver de recettes mais bien au contraire, à travers un suivi très personnalisé, d’accomplir ses propres potentialités créatives. Également d’avoir accès à de possibles débouchés concernant les métiers de l’écriture, à travers un bon nombre de rencontres professionnelles. Les étudiants du Master de Création littéraire sont invités à intervenir dans de nombreux événements de façon créative, mais aussi pour aller à la rencontre de professionnels du livre et de l’écriture afin de dessiner les contours de leur avenir.

L’École Nationale Supérieure de Paysage

Les origines de l’ENSP remontent à la création d’une chaire de l’art des parcs et jardins en 1874 au sein de l’École nationale d’horticulture, implantée au Potager du Roi. À cette époque, la conception de grands parcs urbains constitue une préoccupation politique majeure. Après la Seconde Guerre mondiale, cette chaire prend la forme d’une option de la formation d’ingénieur horticole -la section paysage-, qui donnera ensuite naissance à l’École nationale supérieure du paysage en 1976. L’École nationale supérieure de paysage (ENSP) forme aujourd’hui des paysagistes concepteurs intervenant sur l’espace extérieur, dans toute sa diversité et toutes ses échelles: parcs et jardins, espaces publics urbains et ruraux, grands territoires. Ses formations et travaux de recherche positionnent l’établissement au coeur des grands défis du XXIe siècle, tels que l’évolution des modèles urbains et agricoles, le maintien de la biodiversité, la transition écologique et énergétique, la prévention des risques liés aux changements climatiques. Présente à Versailles dans le cadre prestigieux du Potager du Roi et à Marseille dans le quartier de la gare Saint-Charles, l’ENSP propose plusieurs types de formations centrées sur l’apprentissage et la connaissance du projet de paysage (niveau Master, Postmaster et formation continue et dotorale).

La Fabrique Écologique

Depuis 2013, La Fabrique Ecologique, think tank pluraliste et réellement transpartisan, s’est donnée comme objectif de promouvoir l’écologie et le développement durable sur la base de propositions pragmatiques et concrètes. Avec plus de 25 notes publiées sur des sujets divers et un réseau de près de 700 experts, ses travaux sont aujourd’hui reconnus comme particulièrement sérieux et rigoureux. A la pointe de la réflexion sur les préoccupations économiques et sociales intégrant les nécessaires attentes écologiques, elle souhaite contribuer à la mise en oeuvre de la transition écologique et énergétique et la responsabilité sociétale et environnementale de tous.

Esprit

Revue mensuelle indépendante fondée en 1932 par Emmanuel Mounier, Esprit n’a cessé de décrypter l’évolution des idées, de la politique, de la société et de culture, en France et dans le monde. La revue s’est engagée et s’engage encore dans les débats intellectuels, dans l’objectif de « comprendre le monde qui vient ». De nombreux auteurs marquants de la pensée contemporaine, français et étrangers, écrivent dans Esprit : philosophes, historiens, sociologues, juristes, écrivains, journalistes, mais aussi acteurs de la vie politique et syndicale, de la société civile et du monde artistique. Cette communauté de penseurs du temps présent permet de suivre les débats contemporains, sans tomber dans la facilité des synthèses rapides ni dans l’obscurité des études spécialisées. Chaque numéro est construit autour d’un dossier thématique, suivi d’un choix varié d’articles ainsi que d’une section « à plusieurs voix » consacrée à des textes brefs, plus subjectifs, en réponse à l’actualité. Un panorama de l’actualité éditoriale et culturelle offre quelques repères parmi les publications et manifestations récentes. Université sauvage, Esprit est aussi un espace physique et numérique de débats, où s’organisent diverses rencontres autour d’ouvrages et de personnalités, relayées sur son site internet.

La Bibliothèque nationale de France

La BnF au service du patrimoine national

Héritière de la collection royale de Charles V, la Bibliothèque nationale de France veille sur des collections uniques au monde, rassemblées depuis cinq siècles à travers le dépôt légal institué en 1537 par François 1er. Cette collecte est complétée par des acquisitions, des dons ou legs, des dations en paiement, des dépôts et échanges entre bibliothèques.

La Bibliothèque conserve plus de 40 millions de documents, de tous les types : quinze millions de livres et de revues, l’une des plus belles collections de manuscrits au monde, 5 millions de photographies, des estampes, cartes, plans,  partitions, monnaies, médailles, décors et costumes de théâtre, documents sonores et  audiovisuels, jeux vidéos…auxquels s’ajoutent depuis 2006 les milliards de fichiers collectés dans le cadre du dépôt légal du web français.

Rassembler et diffuser les savoirs, préserver tout ce qui est édité en France pour constituer une collection nationale, veiller à sa conservation et à sa communication afin de la transmettre aux générations futures, telles sont les missions de la Bibliothèque.

La BnF au service de ses publics

Déployée sur 7 sites dont 5 ouverts au public, la Bibliothèque est fréquentée chaque année par plus d’un million de visiteurs et ses ressources en ligne reçoivent plus de 30 millions de visites. Elle offre à ses lecteurs un catalogage de référence pour l’identification des documents édités ou diffusés en France.  Elle donne accès à ses collections : la bibliothèque tous publics met à disposition un corpus d’ouvrages en libre accès tandis que la bibliothèque de recherche permet de consulter les documents patrimoniaux pour des besoins de recherche personnelle, professionnelle ou d’études.

Le numérique au cœur du dispositif

Le numérique est un enjeu majeur pour la BnF tant du point de vue de la conservation des documents que de leur diffusion. La Bibliothèque  a développé son propre système d’archivage, de préservation et de partage des données. Gallica, sa bibliothèque numérique, permet d’accéder à près de 5 millions de documents.

Le numérique à la BnF, c’est aussi la mise à disposition d’archives iconographiques fragiles avec Mandragore, une base de 170 000 notices établies à partir de manuscrits anciens, ou la collecte de trois siècles de presse d’avant 1945 grâce à Retronews.

De la recherche à la médiation : la culture de l’excellence, mise à la portée de tous

Véritable fabrique des savoirs, la BnF concourt à l’activité scientifique nationale et internationale grâce à une politique active de recherche structurée autour de programmes collectifs et individuels.

Lieu de la transmission et de l’accessibilité aux savoirs, la BnF propose des expositions, manifestations, ateliers, visites, événements participatifs, éditions d’ouvrages, animations de réseaux sociaux, conférences en ligne et un «  pass lecture culture » à 15 euros par an.

La BnF, acteur national au rayonnement international

Opérateur majeur du Ministère de la Culture et de la communication, la BnF contribue à la diffusion des connaissances et au rayonnement culturel de la collectivité nationale. A l’échelle du territoire, la politique de coopération de la BnF s’appuie sur Gallica, sur le réseau des pôles associés et sur le Catalogue collectif de France. Sur le plan international, la BnF, acteur majeur de la Francophonie, est engagée auprès de 80 institutions dans 36 pays pour des coopérations fondées sur l’idée de solidarité et de partage d’un patrimoine documentaire exceptionnel.

Mécène

La Poste

Dans le cadre de son engagement en faveur de la Transition Energétique et Ecologique, La Poste soutient une initiative culturelle ouverte au plus grand nombre. Il s’agit, au-delà des rapports scientifiques qui objectivent l’urgence d’agir, d’embarquer le Grand-Public dans une volonté optimiste d’agir au service du respect des ressources naturelles, du respect de la biodiversité, en un mot, du respect de la vie. À travers sa participation au premier Prix du Roman de l’Ecologie, La Poste poursuit son rôle d’entreprise publique engagée dans les défis contemporains, portée par le souci d’une action transgénérationnelle.